Pourquoi davantage

de fonds ?

Pourquoi avons-nous toujours besoin de 1,5 milliard de dollars pour en finir avec la polio s'il ne reste que trois pays d'endémie ? 

Pour éradiquer la polio, nous devons stopper la transmission du virus dans les trois derniers pays d'endémie : Afghanistan, Nigeria et Pakistan. Nous devons aussi nous assurer que les pays aujourd'hui libérés de la polio restent protégés jusqu'à la certification de l'éradication. Jusqu'à 60 pays à risque poursuivent donc leurs campagnes de vaccination à grande échelle pour protéger les enfants contre la polio. Nous ne pouvons pas relâcher nos efforts.
  

Pourquoi est-ce si important ?

Les cas de polio ont été réduits de 99,9 % dans le monde depuis 1988. Il est néanmoins crucial que nous continuions à maintenir nos efforts pour éradiquer la maladie définitivement.
  

Le risque : une résurgence de la polio  

  
Si la polio n'est pas complètement éradiquée, nous pourrions connaître une résurgence de la maladie et 200 000 cas par an dans le monde dans dix ans.
  

Le défi : l'éradication dans le monde

  
À l'approche de la fin de la polio, nous devons augmenter les moyens de détection de la maladie - les activités de surveillance - pour s'assurer que le virus a bel et bien disparu partout dans le monde. Seulement un cas sur 200 résultant en une paralysie, nous nous appuyons sur la surveillance et le réseau de laboratoires pour nous dire où la polio demeure (et où elle a disparu). 
  
  

  

  

Comprendre l'éradication

  

La solution : en terminer

  
Avec nos partenaires, les gouvernements, les décideurs locaux, les travailleurs de santé et les bénévoles, nous devons rester vigilants. Nous devons continuer de vacciner tous les enfants contre la polio jusqu'à ce que la maladie soit éradiquée.

À quoi sert votre argent :

En janvier 2017, 35 millions de dollars ont été alloués sous forme de subventions En finir avec la polio à nos partenaires de l'OMS et de l'UNICEF pour des activités de vaccination contre la polio. Ce financement permet d'apporter une expertise technique et des activités de mobilisation sociale dans neuf pays d'Afrique et d'Asie. En voici quelques exemples : 

  
  • Au Cameroun :

    31 832 vaccinateurs
  • Au Nigeria :

    14 555 animateurs sociaux pour annoncer les journées de vaccination
  • Au Tchad :

    95 000 marqueurs pour marquer les doigts des enfants vaccinés
  • En Afghanistan :

    formation pour 66 501 travailleurs, superviseurs, surveillants, géomètres et coordinateurs
  

  

Avec qui nous travaillons

Nos partenaires

Où en sommes-nous ?

La polio dans le temps