La Région africaine de l'OMS déclarée exempte de poliovirus sauvage

Le Rotary et ses partenaires de l'IMEP célèbrent une avancée historique et réaffirment que l'éradication mondiale du poliovirus sauvage est possible avec le dévouement et la persévérance sans faille des Rotariens.

Le 25 août, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé que la transmission du poliovirus sauvage avait officiellement cessé dans les 47 pays de sa région africaine. Il s'agit d'une étape historique et vitale vers l'éradication mondiale de la poliomyélite, qui est une cause prioritaire du Rotary.

Après des décennies de progrès durement gagnés dans la région, le Rotary et ses partenaires de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite(IMEP) – l'OMS, les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies, l'UNICEF, la Fondation Bill et Melinda Gates et Gavi, l'alliance pour la vaccination — proclament cette étape comme un succès dans le domaine de la santé publique.  Ils y voient la preuve qu'un engagement fort, une bonne coordination et de la persévérance peuvent débarrasser le monde de la polio.

Cette certification de la Région africaine intervient après que la Commission régionale africaine indépendante de certification (ARCC) ait effectué des vérifications approfondies sur le terrain qui n'ont confirmé aucun nouveau cas et analysé les données de la surveillance de la poliomyélite, de la vaccination et des moyens de laboratoire du Cameroun, de la République centrafricaine, du Nigéria et du Soudan du Sud. La Commission avait déjà approuvé les données des 43 autres pays de la région.

Les derniers cas de poliomyélite causée par le virus sauvage dans la Région africaine ont été signalés en août 2016 dans l'État de Borno, au nord du Nigéria, après deux ans sans aucun cas. Les conflits, ainsi que les difficultés à vacciner des populations mobiles, ont entravé les efforts de vaccination des enfants dans ce pays.

Maintenant que la Région africaine est exempte de poliovirus sauvage, cinq des six régions de L'OMS, représentant plus de 90% de la population mondiale, sont elles aussi exemptes de la maladie. La poliomyélite causée par le virus sauvage est encore endémique en Afghanistan et au Pakistan, dans la région Méditerranée orientale de l'OMS.

La certification de la Région africaine comme étant exempte de poliovirus sauvage a été célébrée au cours d'un événement en direct. Parmi les intervenants figuraient le président du Nigéria Muhammadu Buhari, Bill Gates, le président du Rotary International Holger Knaack, le président de la commission PolioPlus du Nigéria Tunji Funsho et des représentants d'autres partenaires de l'IMEP. La célébration a été suivie d'une conférence de presse.

Dans le cadre de l'événement, Holger Knaack a évoqué le besoin de bonnes nouvelles pendant la pandémie de COVID-19. « Les défis qui nous attendent sont énormes », a-t-il déclaré. « C'est pourquoi nous devons célébrer cette réalisation importante et féliciter toutes les personnes qui y ont joué un rôle essentiel. Il a fallu fournir beaucoup d'efforts, pendant de nombreuses années. »

Un accomplissement après plusieurs décennies d'efforts

Le fait de ne pas déceler de poliovirus sauvage en Afrique contraste fortement avec la situation en 1996, où 75 000 enfants étaient paralysés par la maladie. Cette année-là, lors d'une réunion de l'Organisation de l'unité africaine au Cameroun, des chefs d'État africains s'étaient engagés à éradiquer la maladie du continent.

Pour soutenir cet engagement, le Rotary, ses partenaires de l'IMEP et le président sud-africain Nelson Mandela avaient lancé en 1996 la campagne Kick Polio Out of Africa. Au travers de matchs de football et du soutien de célébrités, la campagne a sensibilisé le public à la poliomyélite et a aidé plus de 30 pays africains à organiser leurs premières Journées nationales de vaccination. L'appel à l'action de M. Mandela a mobilisé les dirigeants de tout le continent pour qu'ils intensifient leurs efforts afin de vacciner chaque enfant contre la polio.

Depuis 1996, un grand nombre de membres du Rotary dans toute l'Afrique et le monde entier ont récolté des fonds, vacciné des enfants et sensibilisé à la vaccination, permettant ainsi à l'IMEP de lutter contre les épidémies de polio et d'y mettre fin. Plus de 9 milliards de doses de vaccin antipolio oral ont été fournies dans toute la région, ce qui a permis d'éviter près de 1,8 million de paralysies. Chaque année, environ 2 millions de bénévoles aident à vacciner 220 millions d'enfants contre la poliomyélite dans la Région africaine.

Les membres du Rotary y ont apporté près de 890 millions de dollars aux efforts d'éradication de la poliomyélite. Ces fonds ont permis au Rotary d'allouer des subventions PolioPlus pour financer la surveillance de la poliomyélite, les transports, les campagnes de sensibilisation et les Journées nationales de vaccination.

Tunji Funsho, président de la commission PolioPlus nationale du Rotary au Nigéria, a souligné les importantes contributions des Rotariens aux efforts d'éradication de la poliomyélite en Afrique : « De la collecte de fonds à la vaccination des enfants, en passant par la distribution de divers produits comme du savon et des kits de santé, les membres du Rotary ont montré leur force et leur dévouement sans faille à notre priorité d'éradiquer la polio. »

Les membres du Rotary ont aidé à construire une vaste infrastructure de lutte contre la poliomyélite qui a été utilisée pour répondre au COVID-19 et, en 2014, au virus Ebola, ainsi que pour protéger les communautés de la fièvre jaune et de la grippe aviaire.

Des défis restent encore à relever

L'IMEP travaille maintenant à l'éradication du poliovirus sauvage dans les deux pays où la maladie n'a pas encore été endiguée : l'Afghanistan et le Pakistan. En outre, la vaccination en Afrique doit également être renforcée pour empêcher le poliovirus sauvage de circuler à nouveau et pour protéger les enfants contre la propagation du poliovirus dérivé du vaccin, rare, mais qui continue d'infecter les populations dans certaines parties de la région.

Pour éradiquer la poliomyélite, il faut continuer à donner la priorité à des campagnes de vaccination de qualité. Même pendant la pandémie de COVID-19, il est nécessaire de continuer de vacciner les enfants tout en protégeant les agents de santé contre le COVID-19 et en s'assurant qu'ils ne contribuent pas à sa transmission.

Les responsables et les experts de santé mondiale réaffirment qu'une collecte de fonds et un plaidoyer soutenu demeurent cruciaux, non seulement pour protéger les progrès déjà réalisés en Afrique, mais aussi pour atteindre notre objectif d'éradiquer la poliomyélite dans le monde. Les membres du Rotary ont encore un rôle essentiel à jouer pour maintenir la Région africaine exempte de poliovirus sauvage et pour éliminer le virus dans les deux pays où la maladie reste endémique.

Tel que l'a déclaré Holger Knaack, « c'est une grande victoire dans notre combat pour un monde sans polio, mais la lutte n'est pas encore terminée. Nous avons besoin du soutien de nos membres et de nos donateurs, et de l'héroïsme des travailleurs de santé pour y arriver. »

Allez sur endpolio.org/fr pour en savoir plus et faire un don.

--aucun--

Avez-vous une anecdote sur la polio?
Partager votre anecdote
Erin Biba | avr. 16, 2021